Gaëlle Laurent

259 chemin de northon

40440 Ondres

 

contact@gaellelaurent.com

 

06 84 01 77 18

 

 

 

Siret  849 761 903 00038

Gaëlle Laurent

Conseillère en naturopathie

& produits de soins naturels

Toxines et Maladies 1/4

13/02/2022

Toxines et Maladies  1/4

Quelles sont les vraies causes des maladies ?


À première vue, on pourrait penser que les causes sont aussi nombreuses et diverses que les maladies elles-mêmes.

Chaque maladie n'a-t-elle pas ses propres caractéristiques, une manière différente de démarrer, de se développer et d'évoluer ?
Le nombre de germes et de poisons est immense comme le sont les possibilités de déficiences hormonales, glandulaires, enzymatiques et immunitaires. 
Cependant, une observation attentive montrera que, fondamentalement, toutes les maladies partagent une cause : la détérioration du terrain, l'environnement cellulaire interne du corps. Ce n'est pas une nouvelle découverte!
Hippocrate, le père de la médecine, l'a enseignée il y a des milliers d'années.

La maladie a une cause fondamentale : la détérioration du terrain biologique.

 

 LE TERRAIN


Ce mot terrain a le même sens que lorsque nous parlons du sol dans lequel pousse une plante.
Le terrain est plus ou moins fertile, acide, compact, etc. Elle est ainsi favorable ou défavorable à la croissance d'une plante particulière. Il en est de même du terrain dans le corps humain. 
Bien entendu, nos organes ne sont pas constitués de plantes mais de cellules. Les cellules sont les plus petites unités de vie à l'intérieur de notre corps. Comme tous les autres êtres vivants, ils doivent habiter un environnement avec des caractéristiques qui leur conviennent. 
Pour les cellules, cet environnement est fluide plutôt que solide. Avant toute chose, il faut comprendre qu'il existe deux fluides différents avec lesquels ils sont en contact direct. 
Le premier est le liquide intracellulaire, c'est à dire le liquide qui remplit l'intérieur des cellules. Il abrite le noyau et les organes de la cellule. 
L'autre fluide avec lequel nos cellules sont en contact direct est celui dans lequel elles sont immergées : le sérum extracellulaire. Cela forme l'environnement extérieur immédiat de la cellule. Quantitativement parlant, ce fluide représente 15 pour cent du poids du corps. 
Ces deux fluides, dont dépendent les cellules pour leur apport en nutriments et l'élimination de leurs déchets, donc leur survie même, forment ce que nous appelons le terrain.
Il existe également deux autres fluides avec lesquels les cellules sont en contact indirect : la lymphe et le sang. 
Le poids corporel de ces deux fluides ensemble est de 5 %.

 

NIVEAUX DE LIQUIDE CORPOREL ET LEUR POURCENTAGE DE POIDS CORPOREL 

Fluide   Pourcentage du poids corporel
Sang et lymphe      5 %
Fluide extra cellulaire   15 %
Fluide intracellulaire  50 %

 

Le sang circule dans les vaisseaux sanguins. Ces vaisseaux se ramifient en fils de plus en plus fins au fur et à mesure qu'ils se frayent un chemin à travers le corps, réduisant leur taille au diamètre d'un cheveu, d'où leur nom de capillaires (capillaires est le mot latin pour cheveux).

Ces capillaires se frayent un chemin dans les profondeurs de les tissus.

Bien qu'ils ne pénètrent jamais dans les cellules, ils traversent leur voisinage immédiat et transportent le sang chargé d'oxygène et de nutriments dont les cellules ont besoin.

En traversant les parois extrêmement fines des capillaires, les nutriments pénètrent dans le liquide extracellulaire. C'est ici que les cellules peuvent absorber ces nutriments.

Un mouvement en sens inverse se produit également. Les toxines rejetées par les cellules pénètrent dans le liquide extracellulaire d'où elles se dirigent vers les capillaires.
Ces vaisseaux transportent ensuite les toxines vers les organes éliminatoires, tels que les reins et le foie.
Le liquide extracellulaire est créé à partir du sang.

Le sang est formé d'éléments solides assez gros — les globules rouges par exemple — et d'une partie fluide : le sérum sanguin.

Laissant les globules sanguins derrière, le sérum peut traverser les parois capillaires et atteindre l'environnement extérieur de la cellule.

La composition du sérum sanguin est similaire à celle du liquide extracellulaire. Son apport permet au liquide extracellulaire de conserver son volume et de se régénérer. 

 

Le deuxième fluide en contact indirect avec les cellules est la lymphe.

Ce fluide est créé à partir du fluide extracellulaire. Sa composition est pratiquement la même.

Leurs similitudes sont si grandes que le sérum extracellulaire est souvent décrit comme étant de la lymphe.

La lymphe est un liquide blanchâtre qui circule dans les vaisseaux lymphatiques. Ces débuts commencent dans les profondeurs des tissus sous forme de fils extrêmement fins. Au fur et à mesure qu'ils se rejoignent, ils forment des vaisseaux de diamètre de plus en plus grand. Ils traversent les ganglions lymphatiques et finissent par répandre leur lymphe dans la circulation sanguine au niveau des veines sous-clavières (à la base de la gorge).

La lymphe se déplace donc dans un sens unique : des profondeurs du corps vers la surface. Il transporte les déchets expulsés par les cellules, ainsi que les germes morts et les parties utilisées des cellules, dans la circulation sanguine. Une fois ajoutés au sang, ces déchets sont transportés vers les organes éliminatoires pour être expulsés du corps.

 

 

                    La circulation des fluides corporels

 

1 - Le sérum sanguin traverse la paroi capillaire et forme le liquide extracellulaire. 
2 - En pénétrant dans la cellule, le liquide extracellulaire devient un liquide intracellulaire. 
3 - Le liquide intracellulaire rejeté par la cellule rejoint le liquide extracellulaire qui sort des tissus de deux manières. . .
4 - Il pénètre dans le vaisseau lymphatique et y forme des lymphes. 
5 - Il pénètre dans le capillaire où il redevient du sérum sanguin 


 

 

Les cellules sont donc immergées dans un océan constitué de différents liquides et dépendent entièrement de ces fluides. 
En fait, les cellules n'ont pas la capacité de se déplacer vers les limites du corps pour obtenir l'oxygène et les nutriments nécessaires et pour expulser leurs déchets, ce qui est essentiel si elles veulent garder leur centre de vie sûr et sain. 
Les cellules restent à leur place, et ce sont ces différents fluides qui amènent le « dehors » vers le « dedans ».

 

Les fluides intracellulaires et extracellulaires, le sang et la lymphe forment le terrain dans lequel les cellules de notre corps peuvent prospérer ou non, selon les caractéristiques de ce terrain.

 

 

 TERRAIN ET SANTÉ


Il y a une composition idéale du terrain vu dans son ensemble. Il fournit aux cellules et organes une capacité de résistance et une vitalité optimales, la santé en d'autres termes.
Il en résulte que tout écart par rapport à cette composition peut compromettre la santé, et plus le changement est important, plus la possibilité pour la maladie de se développer et de devenir grave est grande.

 

La composition du terrain peut être modifiée de deux manières différentes :

 

    - La première est que certaines substances (vitamines, minéraux, etc.) que l'on devrait trouver dans le terrain n'y sont pas en quantité suffisante ou      sont totalement absentes. 
    Dans ce cas, des maladies de carences apparaissent. On peut les traiter en apportant à l'organisme les nutriments qui lui manquent.


    -  La deuxième possibilité est que certaines substances existent au-delà de la composition idéale. Il peut s'agir soit de substances que l'on trouve        normalement dans l'organisme, mais pas à des niveaux aussi élevés (acide urique, urée), soit de substances qui ne font normalement pas partie de      la composition du terrain (additifs alimentaires toxiques, médicaments et poisons créés par la pollution). 
    Dans ce second cas, les maladies qui sont provoquées sont le résultat d'un excès.
    C'est cette seconde cause, la surcharge de toxines comme point de départ de la maladie, que nous allons aborder.   
    
*Le mot surcharge n'est pas utilisé comme il le serait dans le cas d'un excès de poids ou d'un surpoids. Il fait plutôt référence à la surcharge de déchets, de toxines et de poisons sur le terrain. 
Cela peut exister même dans les cas où l'excès de poids n'est pas un problème.

 

 

                                                 LES DEUX CAUSES DE LA DETERIORATION DU TERRAIN

 

Surcharge de toxines                       Excès d'acide urique, urée, cholestérol, acides
Carences en nutriments                   Manque de nutriments tels que vitamines, minéraux, oligo-éléments et acides aminés.